Avant je croyais qu’on ne changeait pas, mais ça c’était avant.

Avant je croyais qu’on ne changeait pas, mais ça c’était avant.

J’avais envie de créer une série d’articles sur tout ce qui a pu changé dans ma vie ces 10 dernières années, juste partager un peu de mon histoire, d’où je viens, pourquoi et comment je suis passée d’un mode de fonctionnement à un autre et où j’en suis aujourd’hui (peut-être même où je vais mais qui le sait). L’idée c’est de vous encourager à changer vous aussi vers une version de vous même plus aboutie, votre version à vous évidemment :). Mais je suis sûre qu’on a quelques points communs et que vous vous retrouverez un peu dans mon expérience ; cette part qui se reconnaitra trouvera peut-être la force de bouger les lignes. Vous verrez que je suis ordinaire et que ça n’a rien de compliqué contrairement à cette idée, cette croyance populaire « on ne change pas ».

On ne change pas

Rien ne peut vous empêcher de changer, seul votre mental limitant conditionné par la croyance qu’on ne change jamais. Combien de fois j’ai entendu cette bêtise !! J’y ai moi-même cru comme tout le monde puisqu’on entend cette phrase s’imposer comme une vérité et que seuls les demeurés ou les plus naïfs d’entre nous pourraient encore ignorer. Même Céline Dion nous a cassé les ailes plus que les oreilles avec cette chanson (secrètement moi aussi j’aime bien cette chanson !). Mais bon c’est archi-faux ! On ne change pas les autres, d’accord, chacun s’occupe de ses affaires. Du moment qu’en nous, une volonté d’être différent émerge, ce changement peut avoir lieu presque instantanément, après ça dépend des sujets évidemment.

Pourquoi croit-on ne pas pouvoir changer ?

Le rôle de l’égo, du mental positif et du mental négatif

C’est notre égo qui maintient cette croyance là car lui il a peur de ce qu’il ne connait pas, ce qui pourrait présenter un risque, sortir de sa zone de confort, il n’est pas méchant l’égo, il est juste là pour nous protéger, il croit bien faire. Il a enregistré des scénarios qui ont conduit à la souffrance et il souhaite vous éloigner à tout prix de ces situations. Cet égo là correspond au mental négatif dans le kundalini yoga. Ce mental négatif joue un rôle important, mais limitant. Et l’autre cas de figure, c’est l’égo qui veut changer, il veut progresser, il veut obtenir des résultats et il est prêt à s’engager pour ça et c’est bien mais c’est une manière de renforcer encore plus son égo. Cet égo là correspondrait au mental positif. Je développerai un article pour préciser ces notions de mental négatif et positif, qui sont utiles mais limitant, et je parlerai du mental neutre qui est celui où le yoga nous conduit.

En attendant le plus souvent, on croit que les gens ne changent pas parce qu’on veut que les autres changent et qu’ils correspondent à notre idéal. Nous on se trouve parfait, rien ou si peu à se reprocher, les autres sont responsables si je souffre.

Les autres ne changent pas

Tout le monde change mais personne ne change uniquement pour nos beaux yeux, jamais. Le changement doit prendre sa source au plus profond de nous même, sinon ça ne marche pas. Alors peut-être que nos beaux yeux peuvent déclencher cette envie et ce besoin profond d’évolution mais c’est tout, le reste appartient à l’autre et il n’a pas de compte à vous rendre à vous. Il est tellement difficile de changer nos habitudes que si on en a pas vraiment envie, rien ne se passera.

A ce propos, lorsque quelqu’un se plaint de ne pas réussir à changer quelque chose, demandez lui sincèrement s’il en a vraiment envie, si au fond de lui, il ne trouve pas un certain confort dans ce qu’il vit. Même si cela à l’air de l’extérieur désagréable comme une maladie par exemple. L’égo peut apprécier les soins, le temps de repos, l’attention bienveillante de l’entourage, plus que la guérison. Si vous le mettez face à cette éventualité, il risque fort de mal prendre votre interprétation, il aura surement beaucoup de mal à se l’avouer mais peut-être que ça pourrait le faire réfléchir et le débloquer avec le temps. Cela va avec la croyance que si je souffre, la cause est extérieure à moi : les autres, un enfer !

Les autres sont les causes de ma souffrance

Mais nous sommes bel et bien responsables de notre réalité, malgré tous les contre-exemples qu’on peut trouver sur les pires injustices (crimes sexuelles, maladies graves..). En fait si, ça fait mal, très mal à entendre parfois parce qu’on pense ne pas mériter ça, alors comment ça pourrait être vrai ? Ce n’est pas une question de mériter, la vie n’est pas là pour punir et nous enfoncer mais pour nous apprendre, et la leçon est parfois dure à avaler. Elle est aussi là pour conduire notre humanité vers une consicence plus grande et chacun de nous peut y contribuer avec certains sacrifices parfois. Je reviendrais sur ces notions là dans un autre article pour vous parler mieux du karma. Mais ici ce qui est important à comprendre c’est que c’est pas les autres qu’il faut changer pour être heureux, c’est nous !

Avant je voulais moi aussi changer les autres mais ça c’était avant.

J’ai compris que j’étais la seule à pouvoir agir sur ma réalité, et que tout le reste n’était que mon égo spirituel qui cherchait à convaincre les autres de faire comme moi. Je ne me rendais même pas compte que je pouvais même être blessante parfois. J’ai mis du temps à comprendre que la seule chose que je pouvais faire était de donner aux autres l’envie de faire comme moi, donner l’exemple et les laisser libres de le suivre ou pas, C’EST TOUT ! Ça ne veut pas dire que je suis parfaite et que j’ai raison sur tout, j’espère que vous comprenez bien cela.

J’ai une grande amie qui récemment m’a fait ce cadeau là. Elle continuait de fumer, de boire et manger telle la parfaite parisienne, une femme bonne vivante comme on les aime ! Mais cela faisait un moment qu’elle me disait « je t’admire pour ce que tu as réussi à changer » sans pour autant remettre en question son mode de vie. Je devinais son envie de s’y mettre aussi mais je restais discrète en lui confirmant simplement que j’étais en effet très heureuse depuis que j’avais arrêté tout ça mais en aucun cas j’ai essayé de l’encourager à faire comme moi, cette initiative devait venir d’elle. Puis un jour elle m’a appelé, pour me dire qu’elle avait eu un déclic et qu’elle avait eu vraiment envie de faire attention à elle et à sa santé. Elle m’a confié qu’elle ne s’était jamais sentie aussi bien dans son corps et que c’était moi qui l’avait inspiré. Wuahhhhh, j’ai ressenti une très très grande joie pour elle bien évidemment mais aussi pour moi. J’étais si fière, vous pouvez pas savoir, c’était l’illustration parfaite de ce que j’avais compris dans un de mes stages de Yoga du Coeur dont le thème était l’égo spirituel. Un grand sujet que je pourrais également creuser dans un autre article. Chaque chose en son temps.

Ce que j’ai changé dans ma vie

Aujourd’hui je peux écrire sur un tas de sujets où j’ai véritablement changé ou en grande partie changé. Parmi eux :

  • Avant je débattais, je parlais tout le temps mais ça c’était avant.
  • Avant je buvais et je fumais souvent mais ça c’était avant.
  • Avant je sortais tout le temps, j’avais 15 millions d’amis mais ça c’était avant.
  • Avant je mangeais de la viande tous les jours sans même m’en rendre compte, mais ça c’était avant.
  • Avant j’ai même porté de la fourrure (shame on me), mais ça c’était avant.
  • Avant je courais après le temps, mais ça c’était avant.
  • Avant je jugeais durement ma vie, le monde, les proches, les gens, mais ça c’était avant.
  • Avant je mangeais et je consommais sans regarder mais ça c’était avant.
  • Avant je cherchais ma mission, ce que j’étais venue faire sur terre, mais ça c’était avant.
  • Avant je voulais changer le monde mais ça c’était avant.
  • Avant je faisais la gueule dans le métro, mais ça c’était avant.
  • Avant je ne souhaitais pas particulièrement avoir un enfant mais ça c’était avant.
  • Avant je me maquillais mais ça c’était avant.
  • Avant je m’épilais mais ça…non je suis pas prête de m’arrêter 🙂 !!

Et après tous ces changements, et ben il y a encore du boulot figurez-vous 🙂 ! J’espère qu’un jour je pourrais dire :

  • Avant je mangeais du sucre beaucoup plus que de raison mais ça c’était avant.
  • Avant ma parole n’étais pas impeccable mais ça c’était avant.
  • Avant avant…j’en passe et des meilleurs ! J’écrirai au fur et à mesure de toute façon, tout est en mouvement…

Alors maintenant ce qui serait sympa, ce serait de me dire dans vos commentaires les sujets qui vous intéresse le plus de sorte à ce que je commence par ceux là et aussi que je ne fasse pas ça pour rien. Si vous voulez en savoir plus, dites le moi !!

Ishnaan : mon secret pour la santé 365 jours de l’année !

Ishnaan : mon secret pour la santé 365 jours de l’année !

Sat nam les yogis ! J’avais commencé à écrire cet article pour vous souhaiter une bonne année 2017 ! Je le reprends car on souhaite souvent à cette occasion « la santé », car sans elle, tout devient beaucoup plus compliqué, pas impossible et pas moins merveilleux mais plus compliqué. Ceux qui sont touchés par une maladie grave ont cette chance que les autres n’ont pas : ils prennent généralement conscience qu’il est temps de s’occuper d’eux. Et quand on a qu’un rhume, une gastro, même une grippe, rien de méchant, rien de bien grave, c’est comme tout le monde, alors on continue sans se poser les bonnes questions, pas vrai ?! Oui on est tous pareil, pas besoin de le nier. Maintenant imaginez que vous avez une gastro ou de la fièvre 365 jours de l’année ! Ce serait un cauchemar !!! Pour moi toutes ces maladies graves ou dit-on bénignes sont un enfer pour le corps et pour l’esprit. Un enfer oui mais aussi un paradis car la maladie a un très grand mérite : celui nous faire prendre conscience de prendre soin de nous, celui de nous écouter, celui de nous remettre en question, c’est donc un tremplin inestimable pour changer en soi ce qui a conduit à cette maladie. J’en reparlerai dans un prochain article, promis. Et maintenant revenons à cet enfer, cette torture pour le corps, ce temps perdu en arrêt maladie à se tordre dans son lit. Et franchement je ne sais pas si ma perception change, mais j’ai constaté qu’énormément de gens autour de moi sont tombé malades l’hiver dernier. La pollution est tellement forte à Paris qu’elle n’arrange rien c’est vrai, les ondes wifi ne font que tout empirer, voilà des exemples de facteurs externes qui nous polluent. Les facteurs internes eux, c’est en grande partie ce qu’on mange et ce qu’on prend comme médicament, blablabla vous connaissez le refrain, même en faisant un maximum d’effort pour manger bien, c’est difficile de faire un sans faute, les légumes et les fruits ont perdus toutes les vitamines qu’ils avaient autrefois, même le bio, même ce que vous voulez, les terres se sont appauvries c’est comme ça. Ceux qui ont un bout de jardin à eux bien loin de grandes cultures sont peu nombreux. Les autres, il faut accepter qu’on s’intoxique en mangeant, plus ou moins fortement. Et en ce domaine, on peut vraiment limiter les dégâts, beaucoup de revues en parlent, je vous encourage à vous informer et ce n’est toujours pas l’objet de cet article ! Vous vous demandez si je vais accoucher un jour de ce que j’ai à vous révéler ?!

En parfaite santé toute l’année ?

Oui j’y vais : je vais vous parler de mon expérience, whatelse, je ne suis pas une encyclopédie ! Et mon expérience observe quelque chose d’extraordinaire : depuis que le Kundalini Yoga est entré dans ma vie et dans mon quotidien, je ne suis pas tombée malade une seule fois. Pas plus que le nez bouché quelques jours, la gorge qui picote tout au plus…rien, la santé chaque jour que Dieu fait ! N’est-ce pas merveilleux ? J’ai beaucoup de chance, j’ai beaucoup de gratitude pour cela. Il y a de nombreux facteurs pour l’expliquer c’est vrai. Je ne me suis jamais sentie aussi en phase avec l’univers dans lequel je vis, alors qu’avant j’avais l’impression de nager à contre courant, de ne pas aimer ce que la vie avait à m’offrir : j’étais en colère de vivre dans un monde peuplés d’hommes bêtes et méchants. Il m’a fallu 15 ans de lectures, stages, thérapies pour commencer à me sentir en paix. Alors oui ça joue énormément. Il y a le yoga que je pratique chaque jour et qui entretient la machine et nourrit l’esprit, le fait que je sois devenue végétarienne complètement aussi et que je mange sans pesticide le plus souvent.

L’histoire d’une douche purifiante

Mais il y a 1 chose en particulier que j’aimerais évoquer, car depuis que j’ai introduit cette pratique dans ma vie, je sens, je le sens au fond de moi, dans ma chair, à tous points de vue. Je sens que chaque matin, lorsque je pratique Ischnaan, la douche froide, mon corps me remercie de lui faire autant de bien. Lorsque je sors de la douche, j’ai cette sensation d’avoir lavé mon corps à l’extérieur mais surtout de l’intérieur, la sensation unique de recevoir un millier de bisous partout pour le cadeau que je viens de lui faire. Un cadeau qui me coute pas grand chose, pas besoin d’une thalasso ou d’un spa pour ça. Ok ça coute rien au porte monnaie mais une chose est sûre ça va vous demander un peu voire beaucoup de courage pour oser essayer ! Moi je me trouvais en formation lorsqu’on nous a expliqué que ça faisait partie de la pratique de Kundalini Yoga, j’ai du m’y mettre mais je vous cache pas que j’ai fait la grimace en imaginant que je devais me mettre sous de l’eau gelée à 4h du matin !! Bien sur j’ai joué le jeu, j’ai écouté les conseils et j’ai testé. Je ne saurai pas dire ce qui m’a convaincu, à quel moment j’ai eu le déclic et compris à quel point cela me faisait du bien, en tout cas à l’époque j’ai trouvé en effet qu’il n’avait rien de mieux pour se réveiller si tôt le matin ! Depuis cela a changé, car je suis tombée enceinte. J’ai du abandonner ma sadhana avant le lever du soleil pour dormir d’avantage mais pour rien au monde je n’aurais supprimé ma douche froide ! Et non je ne suis pas cinglée, vous allez comprendre pourquoi.

Ischnaan, un concentré d’hydrothérapie

Peut-être avez-vous déjà entendu parlé d’hydrothérapie, la thérapie par l’eau ? Grâce aux jets d’eau froide on pourrait changer intégralement en 60 minutes les 60% d’eau qui constitue notre corps. Au fait Ischnaan ne signifie pas douche froide mais c’est le mot qui correspond à l’état dans lequel le corps s e trouve lorsqu’il atteint une température agréable alors que l’eau qui coule sur la peau est glacée. Bizarre n’est-ce pas ? La sensation de froid s’en va pour laisser place à cet état de grâce qu’est « ischnaan ».

Comment ça marche ?

Au contact de l’eau froide sur la peau, les capillaires vont s’ouvrir, ce sont les petits vaisseaux sanguins qui ne sont pas souvent irrigués. Et bien là ils vont l’être et ils vont ramener de la chaleur dans le corps. Et ce n’est pas tout. Une fois qu’ils se referment, le sang retourne aux organes et chassent et remplacent la réserve de sang qui s’y trouve. Lorsque cela se produit, les glandes endocrinales changent leurs sécrétions, votre système glandulaire est en quelque sorte renouvelé. Il n’y a pas un cours de Kundalini Yoga sans que je parle d’une ou plusieurs glandes (l’hypothalamus, la glande pinéale, l’hypophyse, la glande thyroïde, le thymus, les glandes surrénales…). Le rôle de ces glandes est majeur comme je vais bientôt le rappeler dans un prochain article, un de plus ! J’ai du boulot). Voilà, c’est aussi dingue que ça : si vous laissez l’eau couler de votre cou sur tout le corps et vos mains, vous changerez complètement toutes vos cellules. Si vous laissez l’eau frapper votre poitrine et descendre jusqu’à vos organes génitaux, vous modifiez totalement la chimie du sang. Le sang qui circule récupère les toxines et les déchets là où avant ils stagnaient, c’est un processus de purification.

Comment pratiquer Ischnaan ?

Préparez vous

Alors voici ce que je fais et que je recommande pour une douche avant une pratique de yoga ou non. Prenez d’abord une douche chaude pour vous laver et vous sentir bien. Pas question de prendre une douche froide si vous êtes déjà gelé. L’idéal c’est de se laver à l’eau chaude et ensuite de se rincer à l’eau froide. Quand je tourne le robinet au maximum sur froid, et que je vois l’eau froide jaillir, je souris et je me dis intérieurement : « maintenant c’est la douche sacrée et miraculeuse ! » ça m’aide à passer à l’acte car si vous voyez ça comme une punition, vous le vivrez comme tel et ça va pas être marrant. Essayez plutôt de visualiser une cascade magique qui vous régénérer, ou repensez à une baignade et à cette sensation fraiche quand vous plongez tout votre corps dans l’eau, là c’est pareil sans les images, vous pouvez compter sur votre imagination pour vous emmener loin et vous faire vivre ce moment autrement.

Prêt à sauter ?

Enfin prête mentalement, je commence toujours par les pieds et les mains, en frottant mes bras avec mes mains puis j’avance la poitrine quand je me sens prête toujours en me frottant vigoureusement avec mes mains, histoire de ne pas être passive et subir le froid, mais très vite le laisse tomber mes bras et je présente mon cou et laisser couler l’eau un moment. Et devinez ce que je fais à ce moment ? un truc de yogis bien sur ! Je respire profondément, j’aide mon corps à se détendre avec des grandes respirations la tête basculée en arrière pour offrir mon cou à cette eau purificatrice. Ensuite je recentre ensuite sur la poitrine un certain temps pas question d’oublier le chakra du coeur, puis je passe sur les 2 épaules et je me tourne. C’est parti pour l’arrière du corps : je commence par les fessiers et l’arrière des jambes et à nouveau, je prends mon élan pour remonter le long de la colonne et laisser l’eau couler de la nuque jusqu’en bas, les bras détendus le long du corps. Un bonheur…qui dure jusqu’à ce que vous ne sentiez plus la sensation de froid.

Sortie de bain

Ensuite sautez dans un peignoir ou une grosse serviette de bain et mettez rapidement des vêtements chauds et dégustez ce moment unique où votre corps vous remercie par mille baisers !

Derniers conseils

  • Faites votre expérience, vous êtes uniques ! Trouvez vos visualisations qui vous encourageront à vous mettre sous l’eau froide.
  • Il est beaucoup plus difficile de pratiquer assis dans un baignoire avec le pommeau de douche dans la main car vous ne pourrez pas vous frotter le corps comme il faut.
  • Si un matin j’ai moins envie de passer de l’eau chaude à l’eau froide, je me rappelle que c’est ma cure naurelle, que grâce à elle je suis en forme toute l’année, alors je n’ai plus une seconde pour hésiter !

Si vous voulez en savoir plus et lire par vous-même les explications de Yogi Bhajan sur Ischnaan, cliquez ici. Et si vous avez des questions, des remarques, posez-les au prochain cours ou mieux pour en faire profiter tout le monde, en commentaires sur cette page. Merci !

La discipline et l’engagement

La discipline et l’engagement

Sat nam les yogis,

Je vous écris aujourd’hui pour vous partager un enseignement sur des valeurs qui sont chères au kundalini yoga : la discipline et l’engagement.

Je le fais à ce moment précis car je constate un nombre important d’annulation de dernière minute comme un manque de continuité dans la pratique.

Je ne compte pas m’adapter moi en ajoutant des règles appliquées partout ailleurs mais qui ne me conviennent pas et qui me gênent profondément, comme vous faire payer lorsque vous annulez 24h avant ou donner une date de validité à votre carte plus courte. J’ai compris que ce n’était pas à moi de changer mais à vous de faire un pas en avant sur ce sujet 🙂

Alors pourquoi parle t’on de discipline ?

On dit que le yoga est une discipline, elle nous apprend des techniques merveilleuses qui nous viennent d’un âge où le niveau de conscience n’était pas le même qu’aujourd’hui, des techniques qui ont traversé le temps qui ont été en ce qui concerne le kundalini tenues secrètes et partagées à un cercle très limité. Aujourd’hui nous avons la chance d’avoir accès à cette « technologie », qui vise à reconnecter notre être à la source, à lui redonner toute sa beauté sa grandeur pour s’épanouir dans la paix du coeur. Tant que cet état n’est pas atteint, l’homme a besoin d’une discipline (de faire des efforts), a besoin d’être guidé par les maîtres et les sages. Lorsque vous prononcez l’adi mantra en début de cours, vous vous connectez à cette lignée et cet enseignement, vous vous connectez au sage intérieur et au sage cosmic.

Yogi Bhajan dit « Tout est par le voeu de la volonté divine.

La vérité de ton âme et ta véritable volonté sont de faire attention à la volonté divine. Vous êtes sur le siège du conducteur. Vous faites attention à la route, aux panneaux, aux signaux, les numéros, les sorties. Pour cela vous avez besoin d’un permis de conduire, il s’appelle discipline. Votre voiture est votre corps en soi et vous êtes le conducteur. Vous n’êtes pas l’âme, vous n’êtes pas le mental, vous n’êtes pas le corps. Vous en êtes la quintessence. Aprenez ça. Vous pouvez libérer votre âme ou vous pouvez la détruire totalement. »

Je ne crois pas qu’on détruise une âme totalement, je crois que chaque chemin a son histoire et que son âme ne la quitte pas des yeux. Mais une âme est une particule divine qui aspire à faire l’expérience de cette nature divine. Peut-être que vous lui donnerez cette chance dans cette vie !

Inscriptions

Les inscriptions pour la semaine prochaine et pour le mois sont ouvertes. [pour une 1ère inscription, contactez-moi par mail]

Lorsque votre coeur résonne à cet appel et à s’inscrire à pleins de cours, cela correspond à un élan du coeur, suivez le. Par la suite par respect pour lui, lorsque vous annulez, demandez bien à votre coeur si c’est la bonne décision. Et si c’est le cas, Wahe Guru c’est votre âme qui vous invite à prendre un repos ou vivre une expérience plus importante que le cours prévu. Écouter son coeur est très important sinon la discipline devient du fanatisme contre productif. J’organiserai un atelier prochainement pour vous apprendre à rentrer dans l’espace du coeur et dialoguer avec lui 🙂 vous serrez alors initié à une autre pratique qui s’appelle yoga du coeur.

Bon week-end à vous tous !

Anne-Laure, Aman Jiwan Kaur

Photo prise sur le blog de Darshan to divinity

Fermeture NetworQi.com et ouverture de Medoucine.fr et Slowr.co et mon blog AmanJiwan.fr

Fermeture NetworQi.com et ouverture de Medoucine.fr et Slowr.co et mon blog AmanJiwan.fr

Chers amis,

Cela fait maintenant quelques années que j’ai eu à coeur de lancer le site de https://www.networqi.com/ avec comme ambition de faire connaitre les médecines douces et les acteurs de qualité qui peuvent accompagner les particuliers dans leurs démarches de santé et de mieux-être. Cela m’a demandé un temps considérable depuis 5 ans. J’ai énormément appris grâce à cela et grâce à vous et votre confiance. En 2015 j’ai moi-même senti l’appel de m’engager à faire mon possible pour accompagner les êtres qui viendraient à moi à s’ouvrir à l’enseignement du coeur, et à la pratique de la méditation, de la relaxation et du yoga. J’ai démarré plusieurs formations en ce sens et j’ai commencé à pratiquer très vite. Aujourd’hui, cette nouvelle énergie n’est plus tellement en phase avec la logique du développement d’une entreprise, c’est pourquoi il m’est apparu important de transmettre ce que j’avais appris et remettre ce projet entre de bonnes mains.

C’est comme ça que j’ai rencontré Solange en ce début d’année qui se préparait à lancer un projet similaire. Mon retour d’expérience lui a permis de mieux cibler le lancement de son site Medoucine il y a quelques mois. Je vous invite donc à visiter son site dans lequel vous retrouvez un cercle de praticiens de confiance sur Paris.

J’ai également participé à l’élaboration d’un deuxième site Slowr.co dont le service consiste à offrir des séances de yoga, méditation à domicile ou en entreprise à partir des disponibilités mises à jour en temps réels sur des coachs dont je fais partie. N’hésitez pas à partagez l’info autour de vous.

Quant à moi, j’ai refait complètement mon propre site amanjiwan.fr qui me permet de mettre en avant :
– mes cours de Yoga, méditation, relaxation
– mon blog sur mes recos et mes compréhensions en matière de médecine douce et de quête de sens,
– et bientôt l’organisation de méditations pour la paix sur les marches du Sacré Coeur à Paris !

Si vous avez des questions. N’hésitez pas 🙂

Anne-Laure

Le palmashow qui se moque des médecines douces, ça donne quoi ?

Et bien ça donne une vidéo super drôle comme à peu près tout ce qu’ils font. Ces deux mecs savent prendre n’importe quel sujet et exploiter la faille, le truc qui sonne faux. Personnellement je trouve ça hyper amusant, parce que ça m’est aussi arrivé de percevoir ce coté un peu léger surtout dans les grands rassemblement, salons ou festivals, et là au secours ! ça devient l’overdose, ce coté imbuvable de la médecine douce que je ne vous conseille pas du tout.

Ils avaient déjà attaqué les magasins bio et c’était à mourir de rire aussi. Si vous êtes passé à coté, ça vaut le coup aussi : Le Magasin bio – Palmashow

Bref merci le Palmashow, vous êtes drôles et vous vous êtes pas loupé sur celle là !