La discipline et l’engagement

La discipline et l’engagement

[Mail du 24 février aux étudiants de Kundalini Yoga]

Sat nam les yogis,

Je vous écris aujourd’hui pour vous partager un enseignement sur des valeurs qui sont chères au kundalini yoga : la discipline et l’engagement.

Je le fais à ce moment précis car je constate un nombre important d’annulation de dernière minute comme un manque de continuité dans la pratique.

Je ne compte pas m’adapter moi en ajoutant des règles appliquées partout ailleurs mais qui ne me conviennent pas et qui me gênent profondément, comme vous faire payer lorsque vous annuler 24h avant ou donner une date de validité à votre carte plus courte. J’ai compris que ce n’était pas à moi de changer mais à vous de faire un pas en avant sur ce sujet 🙂

Alors pourquoi parle t’on de discipline ?

On dit que le yoga est une discipline, elle nous apprend des techniques merveilleuses qui nous viennent d’un âge où le niveau de conscience n’était pas le même qu’aujourd’hui, des techniques qui ont traversé le temps qui ont été en ce qui concerne le kundalini tenues secrètes et partagées à un cercle très limité. Aujourd’hui nous avons la chance d’avoir accès à cette « technologie », qui vise à reconnecter notre être à la source, a lui redonner toute sa beauté sa grandeur pour s’épanouir dans la paix du coeur. Tant que cet état n’est pas atteint, l’homme a besoin d’une discipline (de faire des efforts), a besoin d’être guidé par les maîtres et les sages. Lorsque vous prononcez l’adi mantra en début de cours, vous vous connecter à cette lignée et cet enseignement, vous vous connectez au sage intérieur et au sage cosmic.

Yogi Bhajan dit « Tout est par le voeu de la volonté divine.

La vérité de ton âme et ta véritable volonté sont de faire attention à la volonté divine. Vous êtes sur le siège du conducteur. Vous faites attention à la route, aux panneaux, aux signaux, les numéros, les sorties. Pour cela vous avez besoin d’un permis de conduire, il s’appelle discipline.Votre voiture est votre corps en soi et vous êtes le conducteur. Vous n’êtes pas l’âme, vous n’êtes pas le mental, vous n’êtes pas le corps. Vous en êtes la quintessence. Aprenez ça. Vous pouvez libérer votre âme ou vous pouvez la détruire totalement. »

Je ne crois pas qu’on détruise une âme totalement, je crois que chaque chemin à son histoire et que son âme ne la quitte pas des yeux. Mais une âme est une particule divine qui aspire à faire l’expérience de cette nature divine. Peut-être que vous lui donnerez cette chance dans cette vie !

Inscriptions

Les inscriptions pour la semaine prochaine et pour le mois sont ouvertes. [pour une 1ère inscription, contactez-moi par mail]

Lorsque votre coeur résonne à cet appel et à s’inscrire à plein de cours, cela correspond à un élan du coeur, suivez le. Par la suite par respect pour lui, lorsque vous annulez, demandez bien à votre coeur si c’est la bonne décision. Et si c’est le cas, Wahe Guru c’est votre âme qui vous invite à prendre un repos ou vivre une expérience plus importante que le cours prévu. Écoutez son coeur est très important sinon la discipline devient du fanatisme contre productif. J’organiserai un atelier prochainement pour vous apprendre à rentrer dans l’espace du coeur et dialoguer avec lui 🙂 vous serrez alors initié à une autre pratique qui s’appelle yoga du coeur.

Bon week-end à vous tous !

Anne-Laure, Aman Jiwan Kaur

Photo prise sur le blog de Darshan to divinity

Fermeture NetworQi.com et ouverture de Medoucine.fr et Slowr.co et mon blog AmanJiwan.fr

Fermeture NetworQi.com et ouverture de Medoucine.fr et Slowr.co et mon blog AmanJiwan.fr

Chers amis,

Cela fait maintenant quelques années que j’ai eu à coeur de lancer le site de https://www.networqi.com/ avec comme ambition de faire connaitre les médecines douces et les acteurs de qualité qui peuvent accompagner les particuliers dans leurs démarches de santé et de mieux-être. Cela m’a demandé un temps considérable depuis 5 ans. J’ai énormément appris grâce à cela et grâce à vous et votre confiance. En 2015 j’ai moi-même senti l’appel de m’engager à faire mon possible pour accompagner les êtres qui viendraient à moi à s’ouvrir à l’enseignement du coeur, et à la pratique de la méditation, de la relaxation et du yoga. J’ai démarré plusieurs formations en ce sens et j’ai commencé à pratiquer très vite. Aujourd’hui, cette nouvelle énergie n’est plus tellement en phase avec la logique du développement d’une entreprise, c’est pourquoi il m’est apparu important de transmettre ce que j’avais appris et remettre ce projet entre de bonnes mains.

C’est comme ça que j’ai rencontré Solange en ce début d’année qui se préparait à lancer un projet similaire. Mon retour d’expérience lui a permis de mieux cibler le lancement de son site Medoucine il y a quelques mois. Je vous invite donc à visiter son site dans lequel vous retrouvez un cercle de praticiens de confiance sur Paris.

J’ai également participé à l’élaboration d’un deuxième site Slowr.co dont le service consiste à offrir des séances de yoga, méditation à domicile ou en entreprise à partir des disponibilités mises à jour en temps réels sur des coachs dont je fais partie. N’hésitez pas à partagez l’info autour de vous.

Quant à moi, j’ai refait complètement mon propre site amanjiwan.fr qui me permet de mettre en avant :
– mes cours de Yoga, méditation, relaxation
– mon blog sur mes recos et mes compréhensions en matière de médecine douce et de quête de sens,
– et bientôt l’organisation de méditations pour la paix sur les marches du Sacré Coeur à Paris !

Si vous avez des questions. N’hésitez pas 🙂

Anne-Laure

Le palmashow qui se moque des médecines douces, ça donne quoi ?

Et bien ça donne une vidéo super drôle comme à peu près tout ce qu’ils font. Ces deux mecs savent prendre n’importe quel sujet et exploiter la faille, le truc qui sonne faux. Personnellement je trouve ça hyper amusant, parce que ça m’est aussi arrivé de percevoir ce coté un peu léger surtout dans les grands rassemblement, salons ou festivals, et là au secours ! ça devient l’overdose, ce coté imbuvable de la médecine douce que je ne vous conseille pas du tout.

Ils avaient déjà attaqué les magasins bio et c’était à mourir de rire aussi. Si vous êtes passé à coté, ça vaut le coup aussi : Le Magasin bio – Palmashow

Bref merci le Palmashow, vous êtes drôles et vous vous êtes pas loupé sur celle là !

 

Geneviève Bartoli : psychothérapeute (Gestalt, Art-thérapie, EMDR)

Geneviève Bartoli : psychothérapeute (Gestalt, Art-thérapie, EMDR)

Comment l’ai-je découverte ?

Geneviève c’est une rencontre formidable que j’ai faite lors d’un covoiturage par blablacar où nous partions toutes les deux d’un même festival et nous rentrions sur Paris. Ce trajet de quelques heures nous a donné une occasion unique d’apprendre à se connaître et sentir très vite un lien naturel de confiance se créer, des visions et des intérêts communs, un sens des valeurs proches. Moi à l’époque je lançais networQi et cette thérapeute m’a tapé dans l’oeil !

Qui est-elle et que fait-elle ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERAElle s’est installée en libéral en tant qu’art-thérapeute en 1996 et depuis elle exerce comme psychothérapeute. Après avoir été marionnettiste, elle a poursuivi une pratique artistique personnelle et elle s’intéresse à certains courants de médecines et d’arts traditionnels, pour le plaisir, la santé et l’ouverture au monde.

Elle fait appel à différentes approches aussi riches qu’intéressantes d’un point de vue humain et thérapeutique pour répondre à nos besoins : en individuel, la Gestalt-thérapie, la thérapie familiale systémique, l’EMDR et bien sur l’art thérapie. Parallèlement et avec l’association l’Almandin, Elle anime des sessions d’art thérapie en groupe.

Qu’ai-je pratiqué avec elle ?

J’ai eu la chance de suivre son 1er séminaire en art-thérapie sur le thème de l’Enfant intérieur. C’est au cours de 7 séances de 3 heures que nous avons été invités à rencontrer et apprivoiser, dans notre intériorité et sur notre cahier en toute intimité, différents aspects de nous-même plus ou moins connus (Enfant blessé – Enfant créatif -Enfant en colère …et du Parent intérieur : Parent attentionné – Parent protecteur – Parent exigeant). En nous appuyant sur les propositions de Geneviève (dessins spontanés, écriture à deux mains, dialogues avec soi), nous avons cheminé dans un voyage à l’intérieur de nous-même et de notre passé auquel nous pouvons choisir de faire face maintenant. Ma rencontre avec cet enfant intérieur d’une belle sagesse, est un très beau souvenir. Je l’ai vécu comme un soulagement d’avoir enfin pu me mettre à l’écoute de ces messages profonds que seul le coeur pur d’un enfant est capable d’exprimer. J’ai aussi fait plusieurs découvertes fondamentales qui ont changé mon regard sur certains épisodes de ma vie. C’est un travail que je recommanderai je crois à tous car il peut apporter quelque chose de précieux quelque soit son niveau d’évolution.

Je viens d’apprendre qu’il restait des places pour son stage  » Yoga et art-thérapie » sur le thème de l’Enfant intérieur, du 14 au 17 juillet, qu’elle co-anime avec Cécilia Zeini dans la belle maison de Marie Léon en Bourgogne, de quoi se poser et se ressourcer >> Plus d’info ici !

Infos pratiques

Adresse : 3 impasse Thiers 93200 St Denis (oui je sais c’est pas sur Paris, mais ça vaut largement le déplacement, d’autant plus qu’elle est à coté du métro).

Indication d’accès au cabinet : Métro 13, station Saint Denis Porte de Paris prendre la sortie N°3. Revenir sur ses pas et prendre le boulevard Marcel Sembat, l’impasse est après le N°38 de ce boulevard à 5 minutes à pied.

Vous pouvez bien sur retrouver Geneviève sur networQi et avoir plus d’info sur son site.

La métaphysique du transpersonnel

La métaphysique du transpersonnel

« La métaphysique du transpersonnel » est la 8ème et dernière partie du livre « Les psychothérapies transpersonnelles »

-> Lire la partie 1 « La maladie, sens ou non-sens« , la partie 2 « Le soi principe directeur de la psychothérapie et du transpersonnel« , la partie 3 « Le transpersonnel et la psychothérapie« , la partie 4 « Les étapes du processus thérapeutique« , la partie 5 « Les niveaux du transpersonnel« , la partie 6 « Le dépassement transpersonnel« , la partie 7 « Les psychothérapies transpersonnelles« 


1. L’objections freudienne

Pour Freud, le nourrisson ne différencie pas son MOI du monde extérieur puis il construit son moi, qui n’est qu’un résidu des notions d’illimité et d’union avec le grand tout. Pour lui, les mystiques confondent le concept d’infini avec le souvenir du sentiment océanique (du vécu utérin pour certains), ou un rappel hallucinatoire de la tétée autrement dit des régressions à des périodes très précises de l’enfance. Les mystiques construisent des mythes et des idéaux pour surmonter l’angoisse de la mort.

Mais face à la transformation du vécu sur la mort avec les expériences de mort imminente ou NDE, leurs arguments sont pauvres. Freud avoue même que la mystique lui est aussi fermée que la musique. Mais sa phobie musicale ne condamne pas pour autant la beauté et la vérité de l’univers musical, sinon on en resterait au stade de l’aveugle qui nie l’existence des couleurs. Par ailleurs les délires mystiques ne devraient pas décrédibiliser pour autant la mystique. C’est pas parce que des fous se prennent pour Einstein ou Léonard de Vinci que ces personnages n’ont pas existé ! Ceci est évidemment valables dans tous les domaines (scientifiques, politiques, religieux, artistiques).

Donc le postulat de Freud n’est pas faux mais simplement réducteur, car l’impact du vécu utérin conduirait alors à 2 types de régression, soit en état mystique soit en état psychotique. Il s’agirait donc pour tous de retrouver la toute première expérience originelle de l’Etre.

 

2. L’origine de la vie

Contrairement à Grof, Leboyer (qui a influencé le rebirth) considère que le vécu utérin est idyllique et la naissance traumatique (qui provoque les détresses néo-natales).

Le transpersonnel donne alors plutôt une vision d’ensemble réunissant les visions idylliques et traumatiques. 4 cas de figure sont possibles dans la rencontre entre la mère et l’enfant. Ce sont des corps communicants (1 fois assimilé, 1 minute plus tard dans le corps de l’enfant), des esprits communicants (l’enfant hériterait de l’inconscient de sa mère dans leur phase commune de rêves à partir du 7ème mois).

Capture d’écran 2016-03-27 à 17.24.40

1. la grossesse est tellement agréable que l’accouchement se fait après le terme (surtout le cas de garçon)

2. la mère cherche inconsciemment à avorter (maladie, imprudence…), enfant non désiré. C’est le malaise pour l’enfant et la guerre est déclarée.

3. C’est l’enfant qui empoisonne la mère (du masque de grossesse au kyste mortel). L’enfant veut sortir de sa prison. Tendance à la claustrophobie et à la fugue.

4. Lutte constante entre les 2, c’est le cas des prématurés, tous les 2 veulent en finir.

De ces 4 cas de la vie utérine vont découler sur l’amour ou la haine dans les étapes suivantes jusqu’à la délivrance :

  • les contractions : il existe aussi des contractions douces ou celles qui peuvent aussi être vécue comme une aide pour le fœtus qui veut sortir.
  • le passage dans le vagin : souvent mal vécu (cauchemar où on est coincé dans un tunnel, une cheminée) et expérience traumatisante (sortie par le siège, cordon autour du cou, épisiotomie, déchirure). Lors d’une 1ere grossesse, il faut forcer le passage, ensuite c’est beaucoup plus élargi
  • la délivrance : elle est aussi bien positive que négative. A noter que l’accouchement est de moins en moins naturel (les césariennes, les produits chimiques bloquent ou déclenchent le processus en fonction des congés des accoucheurs…). L’enfant manque alors du sens de l’effort et tout lui est du.

L’haptonomie est une pratique qui permet de rentrer en contact avec le foetus de manière tactilo-kinésthésique et d’améliorer le vécu utérin. Le fœtus sait alors qu’il existe un monde extérieur et un autre que la mère. Ces enfants sont plus ouverts, forts et dynamique.

Considérer la réincarnation ouvrent des perspectives plus larges encore. Bien des vies sont la répétition des précédentes. Les complexes et schémas subsistent de vie en vie. Les Allegations de Souvenir des Vies Antérieurs (ASVA) permet alors de confirmer certains problème mais c’est dans cette vie qu’il faut opérer un changement d’orientation.

 

3. Les fantasmes originaires et les fantasmes archaïques

La psychanalyse s’est engagée dans la recherche des fantasmes originaires (noyaux névrotiques autour desquels se cristallisent des images marquantes) :

  • la séduction : explication imaginaire de l’origine de la sexualité. Freud voit l’origine de ce fantasme imaginaire dans la scène réelle d’un viol subi dans l’enfance.
  • la castration : origine de la différence des sexes (tout individu est primitivement pourvu d’un pénis, la femme, vivrait inconsciemment, dans l’angoisse d’avoir été castrée et serait motivée par le désir de récupérer le pénis perdu (qui se traduit dans le conscient par une volonté floue de combler un manque) ; et l’homme dans celle du risque d’être et donc motivé par le désir inconscient de le préserver (désir qui se traduit dans le conscient par une “lutte d’honneur”). Le cannibalisme sont des formes archaïque de la castration.
  • la scène primitive : rapport sexuel entre les parents du sujet, que le sujet apercevrait en l’interprétant comme agression de la mère par le père. Tous les trous peuvent être pris pour un sexe. Lorsque la scène primitive est vécue comme un viol anal bestial, les configuration sado-masochistes sont fréquentes. Dans les cas d’homosexualité la sodomisation peut-être vécue avec l’étron comme pénis anal. La bouche est souvent investie par les filles qui demandent si elles vont tomber enceintes après avoir embrassé sur la bouche.
  • les souvenirs-écrans : roman familiale (fantasmes d’adoption, père imaginaire, jumeau caché, substitution d’enfant)
  • et d’autres fantasmes archaïques : énigme majeure qui permet la remontée la plus profonde vers la source de l’être.

Pour Freud, les fantasmes ne sont pas liés aux pathologies mais sont constitutifs de la personne. Ce qui est pathogène c’est leur fixité. Il alors préférable (grâce au rêve éveillé par exemple) de les voir pour s’en séparer sans pour autant chercher leur manifestation dans la réalité. Idem pour la matrice de Grof, qui conditionnerait chacun dans un type de vie, certaines étapes de l’accouchement sont simplement des fantasmes constitutifs de l’être.

 

4. Le modèle transpersonnel

Il revient au modèle transpersonnel de corriger la distorsion provoquée par la psychanalyse qui a refoulé le sublime et les valeurs pour ne voir l’homme qu’à travers ses bas-fonds. Comme l’a dit Freud lors de sa 31° conférence, les processus thérapeutique ont des rapports avec les pratiques mystiques.

Les différents niveaux des rapports entre conscient et inconscient :

  • l’inconscient : le premier esprit est de niveau inconscient (l’animal, le nourrisson, l’évolution de toutes choses est régit par l’inconscient). Le subconscient est ce qui n’est pas présent à la conscience mais peut le devenir alors que l’inconscient ne peut le devenir qu’avec la psychanalyse. L’inconscient n’est pas tout ce qui refoulé, mais ce qui est refoulé est inconscient. Il y a donc l’inconscient refoulé et l’inconscient primitif (« ground-unconscious ») qui est la partie saine, l’esprit avec lequel nait l’enfant avant qu’il ait commencé à refouler. Il contient l’histoire de la civilisation humaine, les valeurs (liberté, égalité, justice, amour, réalisation, dépassement…). C’est cet inconscient créatif que cherche à contacter l’analyste rêve-éveillé.
  • La conscience : elle n’est pas un état immuable, elle fluctue entre le semi-conscience (au réveil, à l’endormissement, ou en état de fatigue ou d’ivresse…), la conscience ordinaire.
  • Le surconscient : état de conscience élargie de son corps uni à l’ensemble de l’univers, conscience de sa véritable nature (les mystiques nous ont montré ce que pouvait devenir l’homme). La méditation et la transe permettent d’atteindre ces niveaux supérieurs de conscience, qui est un état de conscience sans moi puisqu’il dépasse l’illusion du petit moi. Les drogues simulent cet état au prix de la dépendance et de la destruction.

4 niveaux de conscience :

  • le « ça » : c’est ce qui est refoulé, actif, vital, infantile, alogique, sexuel. Il est composé de noyaux pathologiques et névrotiques mais également de la pulsion de réalisation du à son hérédité psychique qui tend à son plein achèvement. Il correspond à l’état de potentialité dans le nouveau-né, à son « destin ». Ce potentiel de réalisation se manifeste dans les aptitudes artistiques, mathématiques, sportives…le but de toute psychothérapie doit être de retrouver le contact avec cette pulsion saine et créatrice que la psychose a bloqué ou que la névrose à inhibé.
  • Le « Moi » : c’est l’image mentale du corps, il a une fonction de synthèse pour les processus d’apprentissage, d’imagination, de raisonnement. L’illusion d’autonomie, en tant que personne sujet de droit, séparé du reste de l’univers, n’est qu’une vision réductrice et étroite qui nous empêche de voir notre véritable nature.
  • Le « Surmoi » est une sorte d’instance morale (jugement constant au nom du bien et du mal) et judiciaire (punition/récompense), problématique chez les névrosés, car il punit cruellement le moi. Il ne faut pas confondre le surmoi (archaïque et sadique) avec le sens des valeurs et l’étique personnelle, qui engendrent les actions de la civilisation humaine qui nous sortent de la bestialité primitive. Pascal « La vraies Morales se moque de la morale ».
  • Le « Pole de réalisation » : il dirige et aimante les réalisations personnelles. A ne pas confondre avec le « Moi idéal » de Freud forgé sur le modèle du narcissisme infantile qui correspond à l’Ego ou petit moi égoïste, pole de réalisationorgueilleux et colérique. L’idéal du moi proche du surmoi apparaît comme la convergence du narcissisme et des identifications aux éducateurs et aux idéaux collectifs. Or le narcissisme accroit les exigences du moi qui reste dans l’illusion de l’ego dont il ne peut provenir rien de bon, et favorise le refoulement.
    • Le « Pole de réalisation » est dynamique dans le sens où il trouve son origine et sa pulsion dans le potentiel de réalisation et l’innéité des valeurs du « ça ». Il est le résultat d’un conflit entre le petit moi castrateur et complexé et l’état transpersonnel qui mène au sacrifice du moi.
    • Il est topique (se rapporte exactement à la chose dont il s’agit) car il se trouve au somment de l’appareil psychique comme son achèvement et son couronnement qui assure la coordination et l’orientation de l’ensemble. Il n’engendre aucun refoulement car il est plus admiré que redouté. Comme le soleil il peut n’être que temporairement caché par les nuages.
    • Il est économique : il réunit tous les investissements (motivations et efforts) pour les conduire vers le Pole. Il récupère l’énergie du « ça » positif et créatif, des valeurs présentes dans l’esprit originel (des valeurs pour lesquelles on est prêt à donner sa vie)

Le pole de réalisation altruiste se bat avec le moi aux motivations égoïstes. La topique du transpersonnel en psychothérapie étudie et influence ce combat.

 

Pour conclure ce module, je retiendrais personellement que « La mort n’est pas terrifiante au point qu’il faille rester dans une folie de mouvements et de bruits. »

 

Anne-Laure


Septembre 2015, j’ai reçu le certificat supérieur d’études transpersonnelles après avoir étudié pendant 9 mois, les 9 modules du programme de l’Institut de psychologie transpersonnelle. Pour chaque module, j’ai rendu une synthèse qui a été validée par le président de l’institut Marc-Alain Descamps, Docteur en Psychologie, psychanalyste rêve-éveillé, et professeur de Hatha Yoga & Yoga Nidra. Je partage avec vous la partie 8« Les psychothérapies transpersonnelles » du module 3 « Le transpersonnel et la psychothérapie ».